Pour finir la semaine 213

Dans un manuel d'histoire, pour l'année 69, vous lirez qu'on a marché sur la lune. Que De Gaulle démissionne. Ou que Nixon est élu. Mais l'un des événements qui fait basculer le monde, des années 60 à la décennie 70, c'est aussi un son. Une guitare qui exécute quelques notes...

En 1969, pour la première fois en huit ans, les Beatles ne sont plus les premiers du hit-parade britannique. C'est Led Zeppelin. Cette année-là, coup sur coup, le groupe sort deux albums : Led Zeppelin I puis Led Zeppelin II qui s'ouvre avec le massif Whole Lotta Love.

Whole Lotta Love est la chanson qui définit Led Zep - obscène, brutale et géniale. "Au fond de moi" couine Robert Plant, "je vais te donner chaque centimètre de mon amour", ajoutant "je veux être celui qui passe par derrière" pour plus de romantisme. Son chant post-verbal est encore plus sale, surtout quand il se met à dire "love" et donne tout, dans un trou noir d'échos. C'est sans doute la chanson la plus érotique du groupe. Led Zep fait de la chanson une véritable apologie du sexe. Plus rien n'est suggéré, tout est assumé. Led Zep déclare sacré le droit à l'exultation des corps. Pas étonnant quand on sait que ce titre a été imaginé en pleine tournée, dans des chambres d'hôtel et dans la débauche.

Coté anecdote : Ombre au tableau, le fameux bluesman Willie Dixon est furieux : les paroles sont un plagiat de son titre You Need Love. Un procès et une grosse poignée de dollars règleront le différent. Willie Dixon finira par encaisser sa part des droits.

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog