LION'S SHARE - Knock On Wood

A l'été 1966, Eddie Floyd est en résidence au Lorraine Motel de Memphis avec le guitariste de studio Steve Cropper. Ils accouchent de Knock on Wood en une nuit après que Floyd eut raconté à Cropper comment, durant son enfance en Alabama, lui et son frère se réfugiaient terrorisés au fond de leur lit quand les impressionnants orages sudistes allumaient leurs artifices. Ce qui donnera la phrase "It's like thunder, lightning, the way you love me is frightening". La discussion dérive alors sur les superstitions les plus populaires, du chat noir au parapluie, et les deux artistes décident d'écrire à ce sujet. Ils cherchent une formule capable de conjurer le mauvais sort et Eddie Floyd tape le bras de son fauteuil du poing en déclarant "Knock on Wood". Puis l'expression va être transposée au domaine amoureux car dans la chanson Eddie Floyd touche du bois parce qu'il a tellement de chance d'avoir trouvé la fille de ses rêves et qu'il y a de quoi avoir peur de la perdre.

Lors de l'enregistrement aux studios Stax, l'allégorie parfaite est trouvée avec cette pause entre la phrase "I better knock" chantée par Floyd suivi des quatre coups du batteur Al Jackson. La section n'était pas planifiée alors que Jackson pensait en premier lieu à incorporer un bruit de porte sur laquelle on cogne. Cette petite partie caractéristique va devenir la marque distinctive du morceau.

A l'origine, Knock on Wood fut écrite dans le but de la confier à Otis Redding pour l'enregistrer. Mais la version de Floyd sonne si proche de la perfection que, sur les conseils du producteur Jerry Wexler, Jim Stewart (le président de Stax) donne son aval pour sortir en single la propre version de Floyd. Et le résultat fut rapidement un énorme succès.

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog