Crazy Cover 77

A la fin des années 90, le groupe O-Zone s'assemble presque par hasard sous l'égide de l'un de ses trois membres, le chanteur Dan Balan. Venu du rock, Dan Balan est un musicien doué, un compositeur habile mais aussi un gars extrêmement ambitieux et qui pressent que le rock va être débordé commercialement par d'autres genres. Au début des années 2000, il effectue un virage artistique complet et invente avec O-Zone le premier "boysband" moldave. La qualité de ses compositions propulse assez vite le groupe au firmament de la pop moldave. Fort de ce succès, Dan Balan veut poursuivre son ascension et s'attaquer au marché roumain et doit renouveler les membres du groupe qui ne partageaient pas totalement ses visions dominatrices. Le nouvel O-Zone naît en 2001 et propose un mélange de musique pop et de ce qu'on appellera assez vite à ce moment là l'Eurodance.

Mais la vraie révélation n'aura lieu que deux ans plus tard. Le trio moldaves couche sur le papier quelques phrases sans réel sens en roumain, qui peuvent être traduites par "Tu veux partir mais tu ne veux pas m'emmener avec toi / Ton visage et l'amour des tilleuls me rappellent tes yeux". Le titre, Dragostea Din Teï, se traduit par "l'amour du tilleul. Une partie du refrain est par ailleurs inspirée de la Sonate pour piano n°17 de Mozart. La chanson utilise quelques gimmicks imparable dans le domaine des musiques populaires : le refrain en vocalise et que chacun peut reprendre, le stop and go rythmique et l'alternance des voix, les ponts dansants,... Le single fût d'abord lancé en Roumanie, alors pays de résidence du groupe, avant qu'il soit diffusé quelques mois plus tard en Europe, où il devient le tube de l'été 2004. Le titre a conservé une place dans certains hit-parades d'Europe de l'Est jusqu'en 2006.

Coté anecdote : Un an plus tard, le groupe se sépare et offre à Dan Balan la possibilité de se lancer en solitaire. Il va d'ailleurs connaître un certain succès avec quelques hits et sortira en 2018 le titre Numa Numa 2. Difficile de ne pas comprendre, dès les premières notes, qu'il s'agit en réalité d'un remix de Dragostea Din Teï. La production et les arrangements sont réorchestrés et modernisés. Pour apporter le coté underground, Dan Balan invite également Marley Waters, originaire de Los Angeles pour lui apporter un nouveau souffle. Et vous savez quoi ? La chanson fédère à nouveau et fait un petit carton.

Mais quand Feuerschwanz, groupe allemand de folk metal médiéval, décide de "Viking-niser" Dragostea Din Teï... là ça devient un Crazy Cover.

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog