Original mais pas l'original #91

  • Juthova
  • covermix

Baby please don't go

   Tout amateur éclairé qui écoute Baby Please Don’t Go évoque sans tarder le nom de Big Joe Williams et sa guitare à neuf cordes. Né en 1903 dans le Mississippi, ce musicien connut les tribulations de tous les bluesmen des années 20 traînant leur instrument du Mississippi au Texas ou en Georgie, en passant par la Louisiane.

L'origine de ce morceau vient cependant d'une comptine irlandaise jouée au fiddle : Bessie, done ye go, qui date du XVIIIe siècle et qui se transformera en Bessie don't you  go, puis Sinner don't you go. Elle migrera vers le Sud, au Mississippi et en Louisiane. Durant les années 30, Big Joe Williams s’en empare et lui imprime sa marque personnelle. Il fixe les paroles qui, jusque là, variaient d’un interprète à l’autre, et c’est à ce titre qu’il est reconnu comme le créateur de la chanson.
Cette histoire d’un homme quitté par sa compagne, seul et paumé et qui l’implore de revenir car la vie n’a plus de sens sans elle, inspirera un grand nombre de bluesmen. Et comme la multiplication des petits pains, les versions vont s'enchaîner à travers le monde (plus d'une centaine) et seront revisitées façon folk, old time, R&B, glam, punk et rock avec entre autres, juste retour aux sources, Van Morrison l'Irlandais et les Them

  Le 1er, sauvage et excité.

 

Le 2ème, joli brin de voix.

 

 

 Le 3ème speedé et jouissif.

 Le 4ème elle vient de là, elle vient du blues...

.
Le 5ème, sensuel, torride et déjanté. Yeah !!!

 

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog